Nombre total de pages vues

vendredi 30 octobre 2009

TENERIFE - ILES CANARIES

Dans les rues de la LAGUNA (les fameux balcons canariens ... )

"signore ... no photo !"

il est pas beau ce cratère ???...

Le Pisco TEIDE , le plus haut sommet d'Espagne ... j'y suis presque ...

le Pico TEIDE




L’archipel des Canaries est formé de sept îles principales et de nombreuses petites îles et rochers.
Compte tenu de notre arrivée sur TENERIFE, nous ne pourrons, à moins de contrarier les vents et les courants (hors de question pour moi !…) nous rendre à LANZAROTTE et à Grande CANARIE.
Nous avons donc prévu les visites de TENERIFE, DE GOMERA et de LA PALMA la plus à l’ouest avant notre départ pour le Cap Vert.
Nous avons loué une voiture afin de visiter l’île et de ravitailler pour de bon dans l’immense hypermarché CARREFOUR de la ville.

Nous nous sommes longuement promenés dans le quartier de LAGUNA classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Les « casas » sont très ancienne XVI ou XVIIème siècle. Elles sont pour la plupart rénovées et peintes de belles couleurs pastel. Un peu partout, les fameux balcons canariens, construits en robustes pins canariens de style arabo-espagnol.
Et des églises rivalisant de richesses et de saints…

Nous sommes ensuite partis en direction du parc naturel du TEIDE, passant selon l’altitude, d’une première végétation constituée de cactus et d’eucalyptus à une très belle forêt de pins pour finir par un paysage volcanique majestueux et tourmenté.
Nous sommes montés avec le téléphérique sur le volcan TEIDE à 3550 mètres d’altitude mais nous n’avons pu atteindre le sommet (à 3718 mètres) car nous n’avons pas demandé avant le départ de Santa Cruz, l’autorisation indispensable …

Qu’importe, c’était magnifique ! … et froid !
Nous voilà réconciliés avec cette très belle île … nous repartons aujourd’hui pour le sud (la région de LOS CHRISTIANOS, avant de visiter la sauvage GOMERA ;

LES ILES SELVAGENS

Nos copains Yolaine, Lennox et leur chienne Léa sur leur TIGRIS

Bienvenue aux îles SELVAGENS !...


Nous avons quitté nos copains Yolaine et Lenox et la très belle île de MADERE en prévoyant une escale aux îles SELVAGENS ;
Nous avions demandé l’autorisation indispensable pour débarquer et nous réjouissions à l’avance de cette visite à cette île, réserve naturelle, et à sa biodiversité.
Mais hélas … comme cela arrive, la météo en a décidé autrement !
D’abord, l’arrivée est impressionnante… l’endroit est truffé de cailloux et les cartes ne sont pas très fiables … mais surtout il nous a été impossible de débarquer en raison d’une très grosse houle.
Le mouillage était roulant, inconfortable … quitte à ne pas dormir, nous avons préféré repartir immédiatement .
Arrivés à 16 heures et repartis à 17 heures, nous avons également renoncé à l’arrivée sur LANZAROTE et avons choisi TENERIFE afin d’arriver de jour.

Première surprise (et de taille) la taxe !
Nous sommes arrivés à SANTA CRUZ et la marina est un port public. Nous sommes donc contraints de payer une taxe de 90 € valable pour les séjours de 1 à 10 jours …
Aucun guide ne nous l'indiquait et c’est bien la première fois que nous en entendions parler …



En fait, cette taxe concerne tous les ports publics d’Espagne (et nous n’avons fréquenté que les ports privés qui eux, ne l’appliquent pas)
Le premier contact avec SANTA CRUZ n’est donc pas des plus agréables même si la ville semble belle et ses habitants plutôt sympathiques.



dimanche 25 octobre 2009

MADERE (suite)

les states volcaniques
la côte noire et tourmentée ...

un petit air tropical avec les jardins en espalier
au sommet du PICO DO AREEIRO


MADERE

Philippe, Yolaine, Lennox et Léa au marché aux poissons

le marché aux fruits
les taxis

au jardin botanique de Madere (une maison traditionnelle)

au jardin botanique


La magnifique !…
Une île belle et pleine de contrastes , volcanique, noire, tourmentée sur ses côtes; luxuriante, généreuse, colorée dans ses terres.
Nous avons loué une voiture avec Yolaine et Lenox et sommes partis à la découverte de cette merveille.
D’abord FUNCHAL, le marché couvert avec ses bancs de poissons bizarres et variés, ses légumes, ses fruits (les excellentes bananes de MADERE …) et ses fleurs, la vieille ville, le port et le jardin botanique car à MADERE il y a des fleurs partout… des agapentes et des hortensias tout le long des routes, des oiseaux de paradis et des hibiscus dans tous les jardins, des couleurs partout !…
Les maisons sont coquettes et partout on trouve des petits jardins, crées en espalier car l’inclinaison des pentes est forte…
Je trouve à cette île volcanique un petit côté tropical, une vague ressemblance avec la Guadeloupe ou la Martinique.
Le lendemain nous avons visité l’intérieur de l’île et sommes montés au PICO DO AREEIRO à 1818 mètres d’altitude
A cette altitude, l’air est plus frais; plus de bananiers mais des forêts de pins et puis tout en haut des précipices vertigineux et un panorama à couper le souffle !
Et partout de la gentillesse, des sourires et quelques mots de français …

Mais il nous faut avancer … c’est ça le voyage …
Nous repartons ce matin en direction des Canaries avec une escale aux îles SELVAGENS

jeudi 22 octobre 2009

Archipel de MADERE

Un peu de géologie

Arrivée sur Quinta Do Lorde

Philippe au travail à PORT SANTO

TEREVA au ponton à PORTO SANTO



Nous sommes arrivés sur la petite île de PORTO SANTO ou nous avons pu nous reposer
Une charmante petite ville balnéaire mais éloignée de 2 Kilomètres environ du port ...
Une particularité, les bateaux de passage laissent une trace de leur passage sur la digue du port. C’est superbe, il y a de vrais artistes, d’autres un peu moins …
Nous n’avons pas failli à la tradition et avons aussi laissé notre empreinte mais nous n’avions pas le matériel adapté donc … j’ai promis à Philippe de ne pas vous montrer notre dessin … vous n’aurez qu’à venir le voir vous-même !…

Nous continuons nos rencontres et avons sympathisé avec Yolaine et Lennox, charmants retraités qui voyagent avec leur petite chienne LEA sur TI- GRIS leur OCEANIS 500 .
Nous avons passé également une très bonne soirée avec Eddie et Claudia, un couple d’autrichiens qui voyagent sur leur CATA nommé CUL8R (ça ne s’invente pas)

Nous sommes repartis hier en direction de QUINTA DO LORDE une toute nouvelle marina en construction située à l’est de l’île de MADERE
TI-GRIS doit nous rejoindre ce soir et nous avons loué une voiture demain pour visiter l’île et notamment FUNCHAL
Les portugais sont adorables, beaucoup parlent français et tout est impeccable de propreté
Par contre la vie est chère (on se croirait revenus en France …)
Je reviens vous parler très vite !...

lundi 19 octobre 2009

Nos amies les bêtes

A Aguadulce ... les chats attendent car la soupe est bonne sur TEREVA

l'étourneau relaché en peline forme deux heures après ...
Même les libellules trouvent refuge sur TEREVA

Chut !... pour l'instant il dort mais le pauvre ne survivra pas à la fatigue de cette longue migration

Après les chats de AGUADULCE, les tortues et les dauphins andalous, nous avons rencontré deux orques au large des côtes marocaines mais cela a été si bref que nous n’avons pas eu le temps de les filmer.
Nous avons recueilli 3 oiseaux (un étourneau, un rouge gorge et un petit moineau)
L’étourneau s’est reposé 2 heures et est reparti immédiatement
Le moineau s’est installé pour la nuit dans le carré du bateau ou il a dormi et est reparti au lever du jour après avoir gobé 2 ou 3 insectes toujours présents à bord
Hélas, notre ami le rouge gorge qui a dormi d’abord dans l’annexe avant de rejoindre le carré n’a pas survécu à cette éprouvante migration .
Comment de si petites bêtes peuvent s’aventurer aussi loin ???

GIBRALTAR - MADERE (PORT SANTO)


Une belle traversée de 100 heures ... 4 jours et 4 nuits
Un départ très sympa au portant … puis pétole et à nouveau moteur pendant une vingtaine d’heures pour finir les derniers 48 heures au près (bon plein … mais quand même !…)
OK je ne suis plus malade (heureusement ! ) mais je déteste cette allure (je crois vous l’avoir déjà dit …) Par contre Philippe adore … et TEREVA aussi !
Un vent établi entre 15 et 18 nœuds et un bateau qui trace à 8 nœuds …
Il a même fallut le freiner pour arriver dans le petit port de PORTO SANTO au lever du jour (6H30 TU soit 8h30 en France )
Nous sommes sous des latitudes ou il y a 12 heures de jour et 12 heures de nuit et en ce moment il n’y a plus de lune donc … nuit noire . Par contre le ciel est splendide et rempli de milliard d’étoiles.

Pendant la traversée, nous lisons, regardons quelques films vidéo (merci Jean Luc !) et jouons aux cartes ou Philippe , qui sait parler aux cartes gagne continuellement ( c’est à désespérer…) et puis, nous observons la mer et les animaux de rencontres.

GIBRALTAR

Le rocher auquel les nuages s'accrochent ... normal chez les anglais ...
Pas de doute, nous sommes bien chez les anglais ...

Main street ... du monde !

Maman singe et son petit sur le rocher

un autre spécimen ...lol


Une vraie déception pour moi !… je n’ai absolument pas aimé ce bout de rocher du bout de l’Europe, industriel et pollué !
Nous n’avons pas été accepté à Marinay Bay, malgré toutes les places disponibles …
A priori, les anglais sont très sélectifs …
Nous avons trouvé refuge au mouillage de LINEA (côté espagnol) mais notre voisin de mouillage nous a mis en garde sur le vol d’annexes la nuit (dont il venait d’être victime …) pas rassurant tout ça !
Nous commençons à rencontrer d’autres bateaux (pas mal de français) qui partent également pour la traversée de l’Atlantique .
Nous nous sommes tout de même rendus sur le rocher (côté anglais) à la découverte de GIBRALTAR.
Ballade, décevante … c’est très sale et bondé de monde
Il s’agit d’un port franc, donc tout est détaxé . A part le gaz oïl que nous avons payé 0,46 € le litre ( !) et les cigarettes (1,79 € le paquet) si vous ne souhaitez acheter ni alcools forts, ni parfums, ni bijoux … Ça ne présente pas un grand intérêt …
Nous sommes montés (à pieds ..) voir les célèbres singes … Ils sont bien là , une dizaine, photographiés et nourris par les touristes (malgré les interdictions ) j’ai trouvé ça bien triste … un exemple supplémentaire de l’exploitation animale …

Nous avons pu ravitailler à Linéa. L’alimentation en Espagne n’est pas chère du tout et en plus, les gens sont gentils et très serviables !

Le vent est fort depuis ce matin … Nous espérons une accalmie demain car le départ est programmé pour mercredi à 5 heures du matin (Nous tenons compte cette fois des marées)
Direction MADERE !

Andalousie - Sud de l'Espagne

Pétole totale !… Nous sommes donc au moteur depuis … Barcelone !
Un avantage, les animaux marins sont bien voyants et nous avons la visite d’un banc de dauphins qui reste longtemps à jouer avec nous…
L’arrivée sur Gibraltar est laborieuse …
Afin d’économiser le gaz oïl, nous n’allumons qu’un moteur à la fois et naviguons à une moyenne de 5 nœuds.
Dans la nuit, la moyenne est descendue à 2,6 nœuds. Le bateau avançait sur l’eau qui elle reculait comme sur un tapis roulant … (effet de l’océan et ses marées)
En plus impossible d’utiliser les 2 moteurs sous peine d’être en panne sèche avant d’arriver et avec tous les cargos …il vaut mieux pas !
Nous sommes enfin arrivés à Gibraltar dimanche en début d’après midi.

video

jeudi 8 octobre 2009

Les côtes espagnoles

Départ des iles Columbretes en direction d'Almeria

Environ 6o heures de navigation non stop
Pas trop de bateaux à part quelques pecheurs et d'énormes cargos...

La journée de mercredi a été exceptionnelle . Nous avons croisé la route de grands dauphins, de globicephales et surtout de 2 belles tortues !

L'arrivée à Almeiria a été pénible. Après 2 jours de pétole, le vent s'est levé en plein dans la tête !...
Le port d'Almeria était complet. Il y avait des entrainements de multicoques GROUPAMA et ALINGHI (entre autres) étaient là
Nous avons trouvé refuge au joli petit port de AGUADULCE (et à 13€ la nuit !)

Ce soir nous sommes allés manger une bonne paella, avons bu un bon verre de sangria et maintenant .. dodo enfin !!!


video

Les iles COLUMBRETES

Avec Vincent ... notre très charmant guide

TEREVA sur sa bouée dans le cratère de l'Illa Grossa



L'escalier intérieur du phare


Le phare recemment rénové et habité


Joli spécimen d'une faune bien protégée ...
5 octobre 2009 ... c'est l'anniversaire de ma petite belle-maman ... une petite pensée pour elle!
Après un jour et une nuit de navigation nous arrivons aux iles columbretes qui constituent un parc naturel très réglementé.
En fait, nous nous trouvons à l'intérieur du cratère d'un volcan (bouée obligatoire !)
Nous sommes sur la plus importante , l'illa grossa
Impossible de débarquer seuls ; c'est l'un des jeunes gardiens du parc Vincente (ou Bixente ) qui nous fait visiter la phare et ses abords
Ses explications dans un mélange d'anglais, d'espagnol, de français et de langage des mains est efficace !
Ici, c'est la paradis des insectes, des escargots, des lézards et des oiseaux migrateurs (230 espèces !) qui s'arrètent sur le chemin de madagascar !

Un site extraordinaire et un accueil très chaleureux !

2ème jour à BARCELONE

TARA au vieux port

Nous n'avons pas osé mais aurions pu danser nous aussi ...

La casa BATTLO

l'Opéra

Dans une ruelle de la vieille ville


En route pour une deuxième journée de visite ...
Au vieux port nous croisons TARA. Normal THALASSA a diffusé hier une émission en direct (mais nous ne la savions pas , sinon, on aurait cherché à vous faire coucou...)

La ville est incroyablement animée , a croire que tout le monde est dans la rue
Nous croisons Christophe Colomb (enfin, sa statue...) l'hotel de Ville, la Cathédrale (au pieds de laquelle des barcelonnais jeunes et vieux dansent sur des airs folklorique ...

Nous cherchons la Casa BATTLO (encore un chef d'oeuvre de GAUDI). Elle est très excentrée et nous sommes toujours à pieds (aie aie aie)amors bien sûr à notre arrivée elle est fermée ! qu'importe elle est magnifique même de l'extérieur !

Après cette vingtaine de kilomètres nous nous attablons autour d'une excellente bouteille de vin blanc accompagnée des fameux tapas !

La ville nous a conquis ! Il aurait fallu pouvoir lui consacrer plus de temps mais il faut avancer en direction de GIBRALTAR !... demain matin direction les iles COLUMBRETES

ballade dans la ville

Une pensée émue pour Annick (mais ... c'était fermé !)

l'arc de triomphe et la place Luis Companys

le musée d'histoire naturelle

le musée de géologie (parc de la citadelle)

Cascade du parc de la citadelle




2 et 3 Octobre 2009 BARCELONE !

Recto ... la première pierre a été posée en 1882

Verso ... les travaux aujourd'hui

l'impression d'être un liliputien au pied d'un champ de tournesols

avec le soleil

des travaux pharaoniques


Nous avons trouvé une place au port olympique et sommes immédiatement partis à pieds (aie !) à la découverte de la ville et d'abord de la célèbre et surprenante SAGRADA FAMILIA de l'architecte GAUDI ...
Puis nous sommes partis au hasard en direction de la vieille ville ...